La Parole aux jeunes : UTILISATION DES SOLS ET CHANGEMENT CLIMATIQUE

Dans cette nouvelle rubrique, nous donnons la parole à de jeunes diplomé-es qui viennent de terminer leur maîtrise universitaire ou entament leur doctorat. Elles et ils ont eu carte blanche pour partager avec nous leur compréhension du monde tel qu’il va ou tel qu’elles ou ils aimeraient qu’il devienne. Ils s’appuient sur des travaux qu’ils ont eu l’occasion de réaliser pendant leurs études. Le choix des points de vue est laissé aux contributeurs.

Certaines contributions seront engagées, plus politiques, d’autres plus analytiques, plus orientés sur la conception et la mise en oeuvre des politiques publiques. Leur point commun est cependant la conscience de l’urgence climatique. Nous souhaitons donner ainsi à tous les lecteurs la possibilité d’engager des réflexions singulières sur les formidables transformations que vont traverser nos systèmes politiques et économiques.

La contribution de Maëlle Barbot, très analytique, vient à point nommé au moment où les négociations sur la Politique agricole commune (PAC) entrent dans leur phase ultime. Quel rôle pour la PAC dans la lutte contre le dérèglement climatique ? Quels sont les obstacles à une réconciliation de la PAC avec le Pacte Vert européen et comment les surmonter ?

Maëlle Barbot, née en 1997 est diplômée de l’Institut d’Études Politiques de Rennes, a une maîtrise en droit européen (Faculté de droit de Rennes) et en politiques publiques (École Normale Supérieure de Rennes). Elle est titulaire d’une agrégation « économie et gestion » et termine une maîtrise « Affaires publiques européennes » à l’Université Paris / Panthéon-Sorbonne.

RESUME

L’agriculture représente un double potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Premièrement les émissions du secteur agricole pourraient être réduites. Deuxièmement, et de manière plus méconnue, les terres agricoles sont potentiellement un puits permettant de capter le carbone atmosphérique. Pour favoriser cette séquestration la PAC est déterminante. Elle peut proposer des outils incitatifs aux pratiques favorisant la séquestration du carbone dans le sol. Aujourd’hui certains de ces outils existent dans la PAC mais ces derniers sont insuffisants. La réforme de la PAC a l’opportunité d’accroitre le potentiel de ces outils. Toutefois, les discussions autour de cette réforme apparaissent peu ambitieuses. Cela s’explique particulièrement par l’inertie de cette politique. Face à l’urgence climatique il est nécessaire de penser une politique multi-leviers afin de dépasser cette inertie et de réaliser le potentiel du secteur agricole pour séquestrer le carbone dans les terres. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s