Les Etats-Unis renouent avec une politique économique keynésienne

Antonin Arlandis (économiste, membre de Greentervention)

Alors que l’Administration Biden aux États-Unis met en place une politique d’investissements publics visant à soutenir, transformer l’économie et à réduire les inégalités qui menacent la stabilité économique et politique, de nombreux économistes s’inquiètent du manque d’ambition de l’Union européenne en la matière et demandent à l’Europe de s’inspirer un peu plus de la philosophie économique américaine. Les Etats-Unis ont voté début mars 2021 un plan de relance économique (aussi appelé plan de sauvetage de l’économie) d’un montant de 1 860 milliards de dollars, après avoir débloqué 900 milliards de dollars en décembre 2020. Ce plan vient en fait compléter le plan de 900 milliards de dollars adopté en décembre dernier considéré comme un « acompte » par Joe Biden au montant total.

Outre ce plan de relance déjà adopté par le Congrès et dont la majorité des crédits ont vocation à être dépensés à court terme, deux programmes d’investissements supplémentaires, à moyen terme, ont été proposés par l’Administration Biden et vont être négociés au Congrès :

  • Un programme d’investissement public supplémentaire de 2 300 milliards de dollars s’étalant sur 8 ans destiné à renforcer les infrastructures (Infrastructure plan) ;
  • Un programme d’investissement à destination des familles de 1 800 milliards de dollars visant à élargir l’accès à l’éducation, réduire le coût de la garde des enfants et soutenir les femmes dans la population active (Families plan).

Le 22 avril, Jour de la Terre, les États-Unis ont également dévoilé leurs nouvelles ambitions climatiques lors du Sommet sur le climat et se sont engagés à diminuer de 50 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Le plan de l’Administration Biden vise à mettre en œuvre une transition énergétique qui soit socialement acceptable en permettant une amélioration du bien-être des populations les plus vulnérables.

Aux États-Unis comme en Europe et dans le reste du monde, la reprise de la croissance ne pourra être durable que si elle s’accompagne d’une accélération de la transformation écologique de l’économie. Antonin Arlandis décrit et déchiffre pour Greentervention les programmes américains, et ébauche une comparaison avec leurs équivalents européens qui gagneraient à s’inspirer de la philosophie américaine.

Une note pour tout comprendre, disponible ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s